Chères membres du Centre-Femmes

Chères membres du Centre-Femmes

Chères membres,
Une petite phrase bien connue dans les Centres-Femmes

Passer du Je au Nous

Je vis de la violence physique de la part de mon mari alcoolique.
Je vis de la violence économique de la part de mes enfants.
Je subis de la violence sexuelle à la résidence où je vis.
Nous travaillons ensemble contre la violence sous toutes ses formes, sans jugement.
POUR CELA, IL FAUT EN PARLER!

Je vis sous le seuil de la pauvreté.
J’ai perdu mon emploi à la suite d’une fermeture.
Je n’ai plus de revenus depuis mon divorce, j’ai dû demander l’aide sociale.
Nous travaillons ensemble pour que les femmes soient plus autonomes financièrement (augmentation du salaire minimum, équité salariale entre les femmes et les hommes, politique familiale, cuisines collectives, atelier de débrouillardise, etc.)
POUR CELA, IL FAUT EN PARLER!

Je suis veuve depuis peu, je me sens seule.
J’ai pris ma retraite et j’ai perdu mon cercle social.
Je m’ennuie depuis que les enfants sont partis.
Nous travaillons ensemble à briser l’isolement, à nous refaire un réseau social, à trouver un loisir satisfaisant, à continuer à nous épanouir, à être utiles à la société, à faire profiter les autres de notre expérience.
POUR CELA, IL FAUT EN PARLER!

Je suis choyée par la vie.
J’ai un bon mari, de bons enfants et un bon salaire.
J’ai une excellente santé.
J’en remercie le ciel tous les jours.
Je veux retourner à Nous les femmes les privilèges qui m’ont été accordés. Je vais au Centre-femmes pour aider à améliorer notre vie à Nous toutes.

Nous les femmes des Centres-Femmes nous partageons nos expériences dans la confiance, sans jugement, dans le but de nous aider les unes les autres.

C’EST ÇA, LA SOLIDARITÉ!

Béatrice Levasseur


Fatal error: Call to undefined function the_author_image_size() in /home/centref/public_html/wp/wp-content/themes/metrovibes-child/content-author.php on line 65