http://centrefemmesbellechasse.com/wp/wp-content/uploads/2014/03/Avril14_Cfem_7655.jpgDerrière le rideau

Derrière le rideau

Le 8 mars 2014, le Centre-femmes de Bellechasse accueillait à Honfleur le Théâtre Parminou et sa pièce Coups de cœur à l’occasion de la Journée internationale des femmes.

Dans leur besace, le trio Anne (Anne-Sylvie Gosselin), Mario (Francis Vachon) et Philippe (Réjean Bédard) transportait un fardeau appesanti par le poids du silence et de la honte.

À la manière tendre et cruelle, les tableaux vont beaucoup plus loin que la scène pour exposer sous la loupe les confidences, vérités ô combien pénibles, de la violence sous ses multiples facettes.

Au départ, on retrouve monsieur et madame tout le monde, enchevêtrés dans une relation qui se complique par les détours, les non-dits, les problèmes financiers, l’arrivée d’un nouveau-né, la perte d’un emploi, les tracas inévitables de l’existence. S’insinuent les cris, les insultes, la jalousie, le contrôle, puis les coups de poing, voire même, les coups de feu…

La violence est insidieuse, se love subtilement dans les plis et replis du quotidien, extrait la tendresse. Et aux épisodes de calme s’intercale, dans un rythme effréné, le cycle de la violence.

La violence conjugale frappe tout le monde, quels que soient la profession, les ressources financières, le rayonnement social. Elle sabote l’estime, la confiance. Elle empoisonne le cœur. Elle contamine de génération en génération si on ne la débusque pas.

Des statistiques indiquaient qu’en 2013, 6 700 femmes et 5 000 enfants ont été hébergés d’urgence dans 82 maisons d’hébergement en raison des risques que présentait un conjoint violent. Hélas! Ces données ne représentent que la pointe de l’iceberg. Elles émergent des plaintes enregistrées au poste de police. Bien des portes demeurent closes sur l’accablante réalité de la violence.

Derrière ces drames se cache la souffrance. Quelle que soit la forme de violence, il faut en parler. La peur et la honte confinent les personnes violentées dans l’isolement. Il importe de briser le mur du silence, de chercher de l’aide. Cela s’applique aux victimes, aux conjoints violents et aux témoins.

Différentes ressources sont disponibles pour soutenir la personne qui veut se confier : lignes d’écoute (S.O.S. Violence conjugale au 1 800 363-9010), groupes d’entraide pour femmes et pour hommes, maisons d’hébergement, professionnels de la santé, parents et amis.

Existent également les Centre de femmes. Avec les nombreuses activités et rencontres d’information offertes, ces oasis s’avèrent un lieu propice pour reprendre confiance et créer un réseau de contacts aidants.

Sylvie Gourde

À propos du Théâtre Parminou

Avril14_Cfem_7660
Anne-Sylvie Gosselin (Anne), Francis Vachon (Mario – au centre) et Réjean Bédard (Philippe) ont dépeint avec émotions mille et une facettes de la violence conjugale. À l’affiche en 2013-2014, la pièce Coups de foudre a été produite par le Théâtre Parminou. Pionnier et chef de file du théâtre d’intervention au Québec, le Théâtre Parminou est, depuis 1973, au cœur des débats, des enjeux et des mouvements les plus importants de la société contemporaine. Il s’intéresse, entre autres, à la violence faite aux aînés, à l’intimidation, à la richesse, à la démocratie… Les créations sur mesure font de ce théâtre un outil privilégié d’éducation, de sensibilisation et de prévention.

Sylvie Gourde
Sylvie Gourde

Les derniers articles par Sylvie Gourde (tout voir)