http://centrefemmesbellechasse.com/wp/wp-content/uploads/2019/05/15135951_10154710270389795_8770055093695813598_n.jpghttp://centrefemmesbellechasse.com/wp/wp-content/uploads/2019/05/15135951_10154710270389795_8770055093695813598_n.jpgMarie-Lou Guay-Grand’Maison

Marie-Lou Guay-Grand’Maison

Portrait écrit par Sylvie Gourde

Bienvenue à Marie-Lou Guay-Grand’Maison!

Depuis décembre 2018, un nouveau visage auréole l’équipe du
Centre-femmes de Bellechasse avec l’arrivée de Marie-Lou Guay-Grand’Maison.

Native des Cantons-de-l’Est, la vie familiale avec quelques
déménagements et ses études ont entraîné Marie-Lou de la campagne à la ville. Grande
observatrice, elle est animée dès son jeune âge par le désir de comprendre le
comportement humain pour mieux interagir lorsqu’il est possible d’intervenir.

Tout au long de sa diplomation en baccalauréat en
psychologie, à Sherbrooke d’abord puis à Montréal, Marie-Lou confronte ses
apprentissages théoriques à l’épreuve du réel en multipliant ses expériences au
sein de divers organismes.

D’abord, au cours de ses études collégiales, elle agira
comme coordonnatrice au Comité femmes. Ce rôle l’incite à réfléchir sur les divers
types de féminisme, les combats qui restent à mener et surtout à se questionner
sur comment on peut agir pour l’amélioration des conditions de vie des femmes.
«Qu’est-ce que les femmes peuvent changer? Qu’est-ce qu’elles peuvent faire?
Quels sont leurs moyens?» 

Par la suite, elle agira comme bénévole à la Maison
d’Hérelle, lieu de répit et d’accompagnement pour les personnes en fin de vie,
porteuses du virus du sida. Elle œuvre aussi à l’Auberge Madeleine, une résidence
destinée exclusivement aux femmes sans domicile fixe, violentées et vivant
diverses problématiques sociales.

Elle travaille comme intervenante au CALACS de Granby, un
centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel.

Installée dans notre région, elle sera intervenante à la
Maison L’Émerveil Suzanne Vachon de Québec, destinée à l’accompagnement en fin
de vie des enfants handicapés, avant de décrocher le poste d’adjointe à la
coordination au Centre-femmes de Bellechasse.

Fin vingtaine, elle porte déjà dans ses bagages moult
expériences qui viendront bonifier ses nouvelles fonctions.

Marie-Lou se dit impressionnée par la quantité et la qualité
des activités instaurées au Centre-femmes pour mieux répondre aux besoins des
Bellechassoises. Elle salue la gestion participative prônée par l’équipe
d’animatrices et les administratrices. Ici, on encourage l’échange, les
discussions, la mise sur pied de projets par et pour les femmes. «Par sa
politique d’accueil et l’intelligence de cœur de ses ambassadrices, le
Centre-femmes favorise un espace créatif stimulant. Le processus est facilitant
pour que les femmes présentent des projets et les réalisent. La participation
accentue la motivation, la motivation encourage l’action et vice et versa. Tout
le bénévolat, façonné par les talents multiples et l’implication des membres,
aide à réaliser la mission globale de l’organisme.»

D’entrée de jeu, elle s’est sentie à l’aise auprès de l’équipe
de travailleuses, des femmes accueillantes, aguerries, innovatrices et
inspirantes. «Il faut de la force et de l’originalité pour penser un milieu où
les gens se développeront», estime Marie-Lou.

Versatile, elle apprécie la possibilité de toucher à tout et
d’étayer son travail orienté vers le bien-être collectif même si on agit souvent
cas par cas. «Recevoir les femmes une à une, les écouter, créer de la
confiance, faire un bout de chemin selon les besoins et les guider vers les
ressources nécessaires que ce soit un suivi psychologique ou la nécessité
d’avoir un conseiller pour mieux gérer ses finances.»  On sent que pour elle, ce n’est pas tant la
destination qui importe, mais les chemins pour s’y rendre. C’est la beauté  et le défi du voyage.

À l’instar du Petit Prince de St-Exupéry, elle croit à
l’importance de créer des liens afin de tisser la trame de la solidarité. «L’amitié,
l’entraide génèrent un mouvement entre les gens. Il n’est pas honteux de
demander de l’aide. De là l’importance de s’apprivoiser, car on est interdépendant.
On a plus de pouvoir que l’on pense sur ce que l’on peut changer. C’est doublement
valorisant de faire partie d’un collectif. On utilise les forces de chaque
individu pour avancer ensemble et pour progresser soi-même.»

Installée depuis quelques mois dans Bellechasse, elle
souhaite maintenant, grâce aux organismes qui essaiment autour du
Centre-femmes, découvrir la région afin de s’approprier le territoire et de
mieux arrimer les Bellechassoises aux ressources du milieu. Il n’y a pas à
dire, elle possède une véritable vocation pour le communautaire!

Au plaisir de la rencontre,

Sylvie Gourde


Fatal error: Call to undefined function the_author_image_size() in /home/centref/public_html/wp/wp-content/themes/metrovibes-child/content-author.php on line 65