http://centrefemmesbellechasse.com/wp/wp-content/uploads/2019/10/aidehum.jpghttp://centrefemmesbellechasse.com/wp/wp-content/uploads/2019/10/aidehum.jpgL’aide humanitaire, c’est quoi? Est-ce gratuit?

L’aide humanitaire, c’est quoi? Est-ce gratuit?

Par Noëlla
Joanne Fournier avec la collaboration de Lise Brochu

Micheline
Paré et Claudette Chabot nous ont déjà entretenus de leurs voyages humanitaires
(voir articles du Webzine).  Nous savons
que ça se passe dans les pays en voie de développement et que les participants
aident les gens de ces pays, mais comment est-ce que cela fonctionne? Que
faut-il faire pour y aller? Quels organismes nous accompagnent dans ce
processus? Est-ce que nous devons débourser pour y aller et de quelle façon?

Pour
répondre à toutes ces questions, j’ai rencontré Lise Brochu qui a participé à
son premier voyage humanitaire au Guatemala au début de mars 2018 avec
l’organisme Casira, chapeautée par le père Roger Fortin de Lac-Etchemin.

Casira ou Centre Amitié de Solidarité internationale
de la région des Appalaches
est un organisme
de bienfaisance enregistré. Il a pour mission d’appuyer des communautés
défavorisées de pays en voie de développement. Il opère dans 19 pays auprès
d’organismes non gouvernementaux et d’associations qui viennent en aide aux
communautés en construisant des écoles, centres de santé, orphelinats,
garderies, maisons de convalescence, etc.

CASIRA
prend en charge, pour ses bénévoles, l’organisation du travail, l’accueil, le
transport et la partie culturelle.

C’est un conseil d’administration de 12 personnes qui gère l’organisme depuis sa fondation en 1978. Il a été incorporé en février 1982. Pour mieux comprendre cet organisme et son fonctionnement, il faut assister à une séance d’information qui se tient normalement à East Broughton. Aucune inscription, la formation est gratuite. Voir sur le site internet de Casira pour les dates et endroits.Pour
participer, il faut d’abord devenir membre en vous inscrivant sur le site www.casira.com
et faire un don de 10 $. Il faut être patient, la liste d’attente est longue.

Les bénévoles sélectionnés recevront
par courriel ou par courrier postal, à la fin du mois de juin, des documents
explicatifs qui décriront en détail les futures démarches à suivre. Ils y
trouveront, entre autres, la procédure et les indications pour réserver et se
rendre au lieu de formation.

L’organisme
offre deux fins de semaine (du vendredi p.m. au dimanche p.m.) de formation
prédépart obligatoires afin que les bénévoles vivent ensemble et apprennent à
se connaître. Coût : +/- 300 $ ch. Ces étapes les préparent à vivre un
mois en communauté et à travailler ensemble sur le projet Amistad-Guatemala
(premier endroit obligatoire). Les participants ont le choix entre six périodes de formation
de la fin août au début novembre. Ce sont des groupes de 20 à 40 personnes.
Si possible, ils doivent également participer à des activités de financement
pour l’organisme.

Lors de la formation, les bénévoles
seront sensibilisés à la culture guatémaltèque, au phénomène du choc culturel (autant
à l’arrivée au Guatemala qu’au retour au Canada), à la vie communautaire (il
peut y avoir jusqu’à une soixantaine de bénévoles qui vivent ensemble, ce qui
peut représenter un réel défi pour plusieurs), aux conditions de vie là-bas, etc.
Ils seront informés des chantiers d’entraide, des conditions d’accueil, du
fonctionnement général des différentes résidences, de la sécurité, etc.

CASIRA
vous accueillera. Vous occuperez des dortoirs ou petites chambres de 4 à 6
personnes. À la résidence familiale, quelques chambres sont réservées aux
couples, sans pouvoir leur en assurer la disponibilité à leur arrivée.

Les
départs pour Amistad-Guatemala se font de septembre à avril.  Pour
la très grande majorité des destinations, la date d’expiration de votre
passeport
doit excéder de six mois la date à laquelle vous quitterez le
pays hôte.

CASIRA
exige de souscrire à une assurance pour frais médicaux hors Québec couvrant
la totalité des jours où vous serez à l’étranger. Une preuve que vous
détenez cette couverture
sera demandée lors de la réservation de vos
billets d’avion. L’assurance voyage se divise en trois volets : frais médicaux,
annulation et interruption de voyage ainsi que l’assurance bagages.  L’option annulation et interruption de voyage
n’est pas obligatoire et relève de votre propre initiative. Elle est cependant
fortement suggérée, puisque c’est vous qui serez directement pénalisé en cas de
désistement ou de retour précipité. Concernant l’assurance bagages, CASIRA
ne la suggère pas spécialement; elle est souvent présente dans votre
assurance-habitation.

Le Guatemala ne demande aucun visa d’entrée pour les Canadiens. Chacun doit consulter la clinique santé-voyage de sa région pour prendre les informations relatives aux précautions et vaccins à prévoir. La documentation fournie lors des rencontres pré-départ vous orientera dans ce domaine.

Le Guatemala n’exige aucun vaccin à votre arrivée au pays.  Les pharmacies guatémaltèques offrent en vente libre les mêmes produits que nous trouvons chez nous, mais à prix plus élevé.

Quoi prévoir dans mes bagages? 

Au Guatemala, il fait, en moyenne, entre 24 et 28°C le jour et 12 à 16°C la nuit. En résumé, il faut prévoir des vêtements pour les chantiers : t-shirts, bermudas, pantalons, jeans, souliers fermés (c’est-à-dire espadrilles ou bottes de travail), chapeau, gants de travail et lunettes de sécurité si vous en avez, etc. Quelques vêtements chauds pour les chantiers peuvent être utiles. En soirée, c’est plus
frais, il est donc bienvenu d’avoir quelques vêtements chauds. 

Documents et
autres à apporter
: passeport,
chéquier, contact de votre assureur pour frais médicaux et votre numéro de
police.

Qu’en est-il
des coûts?

Vous devez assumer tous
les frais de vaccins, d’assurance frais médicaux, votre transport en avion , +/-
1500$ du billet que vous réserverez à l’agence de l’organisme et les coûts
d’hébergement à votre destination (environ 30 $ par jour, par personne).
Payable par chèque à CASIRA qui remettra un reçu de charité couvrant les coûts
à la fin de votre séjour. Prévoyez un budget de 2,600 $ par personne.

Apprendre l’espagnol.

Il est également possible
de vivre de l’immersion afin d’apprendre l’espagnol. Tous les après-midi, à la
résidence, des cours d’espagnol sont offerts aux bénévoles gratuitement. Pour
ceux qui veulent poursuivre l’expérience, des sessions de deux semaines peuvent
s’ajouter au séjour. Cependant, elles sont aux frais des participants. Le coût
en est très abordable puisque vous êtes hébergé dans des familles.

Remerciements

Lise a déjà à son actif
deux voyages humanitaires avec cet organisme. Je la remercie pour son aide à
rédiger cet article. Elle m’a fourni les photos. Merci beaucoup pour tout.

Centre-Femmes de Bellechasse

Les derniers articles par Centre-Femmes de Bellechasse (tout voir)


Fatal error: Call to undefined function the_author_image_size() in /home/centref/public_html/wp/wp-content/themes/metrovibes-child/content-author.php on line 65